Histoire

L’époque Gallo-Romaine

A la fin du premier siècle avant notre ère, notre région et ses peuples furent conquis par Rome. En quelques générations, les peuplades celtes furent latinisées et leur langue disparut. Pendant trois siècles, la sécurité fut garantie et une relative grandeur se développa. Notre village était situé dans la province des Médiomatriques dont la capitale était Divodurum (Metz). L’axe Nord-Sud qui reliait l’Italie à la vallée du Rhin en passant par Lyon, Dijon, Toul, Metz et Trèves, était la voie de communication majeure. Les Romains construisirent un réseau de routes secondaires à des fins commerciales et militaires. Il était emprunté par les marchands, les voyageurs et les soldats qui apportaient à notre cité la prospérité, mais aussi la sécurité contre les invasions des peuplades germaniques dites « Barbares ».

Escherange-Molvange en ce temps-là

Le toponyme le plus connu de cette époque est la voie romaine située sous le Kirmech, ou Kemet, du latin caminus(chemin). La présence du ruisseau connu sous le nom Tiefbach (ruisseau profond) était déjà attestée dès 799 sous la forme latine Fluvio Simara.

En avril 1981, des travaux de construction à Molvange au lieu-dit Herrchen (secteur des rues des Prés et de la Côte), amenèrent la découverte fortuite de deux sépultures. Les deux squelettes en décubitus dorsal (couchés sur le dos) étaient enterrés en terre libre à environ 1,50 m de profondeur, distants de 0,70 m et orientés sud-nord (tête au sud). A environ 3 m des inhumations se trouvait une fosse contenant des cendres et des ossements calcinés. Il est donc probable que ces sépultures ont fait partie d’une nécropole plus importante, ayant comportée des incinérations. La découverte à proximité d’un fond de vase à cuisson oxydant, émanant probablement du Haut-Empire, renforce cette hypothèse.

Dans la tombe n°1, ont été découverts : une garniture de ceinture en bronze comprenant une boucle, une contre-plaque décorée, six appliques en forme de pelta, six autres rondes dont une à umbo central et toutes avec rivets de fixation; un torque en bronze avec un fermoir en tête de serpent; 3 anneaux avec crochets en S; un poignard, une hache avec son aiguisoir; un bol en verre; une cruche à anse dite de Mayen contenant des graminées.

ombes du Bas-Empire.png

«Sources : 1. Tombes du Bas-Empire à caractère militaire de la région de Thionville (R.A.E.) Auteurs : N. Hebbert, A. Simmer, R. Wagner. 2. Communications de H.W. Boehme. 3. Mélanges d’archéologie et de toponymie à Escherange-Molvange-Volmerange. Auteur : R. Wagner.»

Les diverses composantes du mobilier permettent d’attribuer ces sépultures à la fin du IV siècle. Elles sont spécifiques des tombes d’auxiliaires militaires du Bas Empire; le couteau-poignard, la hache, le torque et les garnitures de ceinturon en pelta feraient de leur propriétaire un soldat alaman. Il est probable que Molvange protégeait l’important Vicus de Caranusca (Hettange-Grande), un des rares relais d’étapes sur la voie romaine Metz-Trèves mentionnés sur la Carte de Peutinger.

La tombe n° 2 .png

La tombe n° 2 contenait une bouteille en verre irisé du type Isings 101 contenant un dépôt rougeâtre (probablement du vin) et une cruche à anse de Mayen de type Alzey 30.

Découvertes d'artefacs préhistoriques s'étendant du Paléolithique supérieur à l'âge du bronze.

Affleurements de chaille bajocienne.

Diverticule secondaire gallo-romain. Traces de centuriations. Sépultures gallo-romaines du ive siècle. Vestiges gallo-romains sur plusieurs gisements.

Important site occupé de l'âge du bronze à la période mérovingienne. Source guérisseuse (maladie des yeux) bénie, selon la légende, par saint Willibrord (+739). Ancienne maison franche au lieu-dit Buchhof. Dépendait de l'ancien duché de Luxembourg. Possessions des seigneurs d'Ottange, de l'abbaye de Gorze et (puis) de Munster (Luxembourg) jusqu'à la Révolution. Molvange fut réuni à la seigneurie de Meilberg de 1432 à 1735. Escherange et Molvange ont été totalement détruits pendant la Guerre de Trente Ans (xviie siècle), puis en 1939-45.

Commune indépendante jusqu'en 1811Molvange est aujourd'hui rattachée à la commune d’Escherange.

La reconstruction d'Escherange et de Molvange

Pour notre dernier volet sur la 2ème Guerre Mondiale, encore une fois nous avons voulu faire perdurer la mémoire de notre village, grâce aux souvenirs de Madeleine HOELLINGER, Françoise SCHOSSELER, Joséphine KAYSEN et Roland HILBERT. Nous prenons d'autant plus la mesure de la fragilité de cette mémoire avec la disparition d'Antoine LORENTZ, qui avait grandement collaboré à l'article sur l'Evacuation.

La lente libération de la Moselle entre septembre 1944 et mars 1945 vient encore alourdir un bilan matériel et démographique catastrophique. Plus de 100.000 bâtiments sont endommagés ou complètement détruits. Les destruc- tions dans les communes rurales, et plus particulièrement de bâtiments agricoles, représentent la part la plus importante de ce total. Mais l'industrie a également subi de graves dommages. Les dévastations sont généralisées dans la vallée de la Seille, entre Dieuze et Metz, et au Nord d'une ligne Forbach- Sarreguemines-Rohrbach-Bitche, plus localisées dans les autres régions du département. Sarreguemines, Bitche et Volmunster sont particulièrement éprouvées. En effet, le pays de Sarre- guemines à Bitche, qui n'est libéré que le 13 mars 1945, après 93 jours de ba- taille, compte 90% de bâtiments dé- truits à plus de 50 %. En Moselle, les destructions liées à la Seconde Guerre Mondiale et notam- ment aux bombardements de 1940 et de la fin 1944 sont nombreuses sur les 764 communes du département : 61

Contexte historique

En 1944, la libération assez lente de la Moselle a laissé aux armées alleman- des le temps de mettre au point une destruction systématique. Alors que la IIIème armée américaine du Général Patton, à laquelle était rat- tachée la division Leclerc (2ème DB), avait pu s'emparer de Nancy le 15 sep- tembre 1944, la libération de Metz n'intervenait que le 22 novembre, et, à l'est du département, le 9 décembre seulement pour Sarreguemines. Ainsi, de septembre à décembre 1944, l'armée allemande eut-elle le loisir de faire sauter notamment quelque 655 ponts. Et encore, ce chiffre ne représentait pas la totalité de nos ouvrages détruits, car il fallait tenir compte des séquelles des combats de 1940. Il fut nécessaire d'attendre le début de l’an- née 1947 pour connaître l'ampleur exacte du désastre, car l'inventaire même en était extrêmement malaisé : routes impraticables en raison des dé- gradations subies, zones minées et inaccessibles... Au point que, devant l'impossibilité d'approcher les sites endommagés, certains relevés d'ouvrages durent être faits à la jumelle

AGENDA

Dernier conseil municipal :

29 octobre 2020

Prochain conseil municipal :

date à déterminer

 

HORAIRES MAIRIE

11 Rue des Écoles,

57330 Escherange

       +33 3 82 50 61 30

      communeescherange

      @wanadoo.fr

La mairie est ouverte au public uniquement les mardis et vendredis. 

mardi :

09:00–12:00, 14:00–17:45

vendredi:

09:00–12:00, 14:00–17:45

 

Vous pouvez joindre la mairie par courriel

ou par le formulaire de contact

Escherange Site officiel

d'azur à deux clefs d'or en sautoir, à la lettre "m" d'argent brochant en abîme, accompagnée en chef d'une couronne d'or et en pointe d'un croissant d'argent

mardi 18 mai 2021

Nombre de visiteurs unique